Pour lutter contre la malnutrition infantile, des jeunes agronomes transforment le soja en lait

Réunis au sein de la Dynamique des jeunes entrepreneurs monde sans faim, ces congolais se sont spécialisés dans la production du lait, des beignets, de la farine et autres produits à base du soja, depuis 2015.

Landry Ruboneka est un jeune âgé de 26 ans et habitant de la ville de Bukavu en province du Sud Kivu, en République Démocratique du Congo. Membre  de la dynamique des jeunes entrepreneurs monde sans faim, une  branche spécialisée dans l’agriculture au sein de l’association coopérative en synergie féminine, une organisation très connue dans la région pour ses initiatives dans la transformation des produits agricoles. Basé dans la ville de Bukavu, cette organisation travaille en collaboration avec   des associations agricoles partenaires dans les villages de Birava, Miti et Walungu périphériques de la ville de Bukavu, qui l’approvisionnent en soja. Bien qu’ils transforment également la canne à sucre en jus, leur  produit de base, est  le Soja.

Du soja pour une bonne santé

Selon Landry Ruboneka, président de cette association, la production du lait de soja se fait au moins deux fois par semaine. Près de  500 litres de lait, sont produits en moyenne,  chaque semaine, à  raison de 200 à  300 litres par production. « Je ne suis pas d’accord avec ceux qui disent que le soja n’est pas productif. Un  kilogramme de soja produit au moins six litres de lait, et  nous vendons un litre à un dollar américain. On gagne  six dollars pour  seulement un kilo de soja qui cote  entre un et un dollars et demi sur le  marché »,  explique Landry qui met un accent sur la bonne rentabilité du soja.

L’objectif de cette association est  de faire de cette initiative, une  activité professionnelle et  économiques. Aussi, l’association qui compte en son sein, une brigade sanitaire, encourage la consommation du soja et tous ses produits dérivés pour une bonne santé.  « Le soja contribue énormément à la nutrition. Plusieurs  études, d’ailleurs le démontrent.  En fait, nous encadrons les enfants victimes de la malnutrition  dans les périphéries de la ville avec du soja », dit-il.

Un produit rentable

Ces jeunes entrepreneurs qui évoluent sans accompagnement, sont confrontés à  plusieurs difficultés au niveau de la distribution. Selon l’un d’eux,  Landry, le taux d’achat est encore trop bas. «  Nous avons jusque-là trois points de vente dans la ville de Bukavu dont le plus important à la Pharmakina, une entreprise qui achète au quotidien, du lait et des beignets pour ses employés. Mais,  cette demande est encore insuffisante  et ne nous permet pas d’écouler tous les 500 litres du lait que nous produisons par semaine », déplore  Landry,  qui invite les congolais à essayer leurs produits à base de soja. En plus de cet obstacle, cette association n’a pas encore trouvé de formule magique pour la conservation des produits, principalement le lait de soja, sur une longue durée.

Sammy Mupfuni à Kinshasa

 

Agriconseil du mois

Garfa Fatimé Aldjineh, la 2ème femme architecte de l'histoire du Tchad qui élève des poules pondeuses: «Il faut que mes sœurs sachent qu’il n’y a pas de métiers spécifiques aux hommes, car nous pouvons faire autant qu’eux. Nous devons innover et croire en nos potentiels pour arriver au bout de nos rêves. Etre humble dans ce qu’on fait et toujours demander des conseils pour mieux avancer».

ad-banner3