Du thé, jus, savon, bouillie, lotion… faits à 100% de champignons

Depuis sept ans, « Mushroom Cameroon » s’est spécialisée dans la formation, la production et la transformation du champion en aliments, produits de beauté et boisson.

Le Champion. Ces végétaux cryptogames, dont la culture relevait autrefois d’un mystère, sont au cœur de la création de la structure camerounaise « Mushroom Cameroon », basée à Bamenda dans la région du Nord-Ouest. Le projet initié par un jeune agronome camerounais, accompagné par d’autres jeunes entrepreneurs, a vu le jour en 2013, dans le but de démythifier et vulgariser la culture du champion, longtemps ignorée, de ses nombreux consommateurs.

« Mushroom Cameroon » est devenu au fil des années, une grande structure locale de production de champion comestible et surtout de sa transformation. En effet, cette entreprise qui dispose d’une grande champignonnière, en plus de la commercialisation des champignons séchés, qui est son principal produit, s’est spécialisée dans sa transformation en d’autres denrées alimentaires et de beauté. Notamment, le thé, le jus, le savon antiseptique, les épices, la bouillie, la lotion, le tout exclusivement fait à base du champignon.

Ces produits qui ont fait l’objet de convoitise à la Foire internationale des Affaires et du commerce (Fiac), qui se déroule à Douala depuis le 24 mars dernier et ce jusqu’au 8 avril prochain, varient entre 300 F Cfa et 5000 F Cfa, voire plus. « Le champignon est un antibiotique naturel. Le jus de champignon permet de nettoyer et désintoxiquer le corps, de soulager le mal gastrique et l’hypertension. Le thé du champignon est particulier, il lutte contre le stress », explique Irène Atangana.

Afin de vulgariser   sa production, le promoteur organise des séances de formation sur la culture du champignon et met aussi à la disposition des curieux, un guide de producteur et des semences, dont la boîte coûte 1000 F Cfa. « Nous organisons des séances de formation, pour les personnes intéressées par cette culture. Les gens ont découvert les diverses vertus du champignon, et s’intéressent de plus en plus à sa production. Aussi les consommateurs préfèrent substituer la viande rouge, par le champignon », explique-t-elle.

Selon cette productrice du champignon, cette plante cryptogame peut être cultivée autant à l’intérieur de la maison qu’à l’extérieur. Il ne requiert pas un grand espace, il suffit d’aménager un endroit et d’y disposer ses semences. « N’importe qui peut cultiver le champignon, il suffit juste de se faire former. Une semence produit pendant sept mois», dit-elle. Après 7 années d’existence, « Mushroom Cameroon » a besoin des fonds pour moderniser son usine afin d’accroître sa production et faire face à la forte demande autant sur le plan national qu’international.

Marie Louise MAMGUE

Agriconseil du mois

Garfa Fatimé Aldjineh, la 2ème femme architecte de l'histoire du Tchad qui élève des poules pondeuses: «Il faut que mes sœurs sachent qu’il n’y a pas de métiers spécifiques aux hommes, car nous pouvons faire autant qu’eux. Nous devons innover et croire en nos potentiels pour arriver au bout de nos rêves. Etre humble dans ce qu’on fait et toujours demander des conseils pour mieux avancer».

ad-banner3