Au Ghana, Roseline Delali lutte pour la valorisation des produits locaux

En plus de contribuer à la réduction du chômage chez les mères célibataires, son entreprise spécialisée dans la transformation du riz, du maïs, veut protéger les populations des aliments à base chimique, considérés par les médecins comme responsables des maladies rénales. 

Son histoire a sans doute inspiré les jeunes camerounaises. Roseline Delali Ashigbui a réussi à changer la vie de plusieurs femmes de sa communauté de l’Hohoe, dans la région du Volta au Ghana. Notamment des mères-célibataires qui ont pu améliorer leur quotidien et offrir des meilleures conditions d’encadrement à leurs enfants grâce à un travail au sein de Delchris Africa Ltd.

C’est une entreprise de transformation des produits agricoles fondée par la jeune femme. Dans son stand ce 1er mars 2019 au palais des congrès à l’occasion du Sommet international de l’entrepreneuriat agro-pastoral des jeunes, Roseline Delali Ashigbui a la poignée de main ferme, le sourire chaleureux prête à partager son expérience pour que plus de jeunes s‘investissement dans l’agro-industrie.

Transformation agricole

« Il y a de la place à se faire. C’est une alternative intéressante  pour lutter contre le chômage en milieu jeunes et chez les femmes », fait-elle savoir. Ce ne sont pas des discours en l’air. Il s’agit d’une opinion forgée par le vécu. La vie de Roseline Delali Ashigbui a elle aussi pris une belle tournure grâce à son projet.  Dès 2013, elle décide de se lancer dans la transformation agricole. Elle a une petite experience du commerce puisque étudiante, elle vendait des bijoux pour se faire un peu d’argent.

«J’ai regardé autour de moi et j’ai remarqué que nous avons au Ghana, des épices, des herbes et des céréales qui sont excellentes pour la santé mais peu valorisés au plan international. Les ghanéens mangent beaucoup les aliments importés souvent en conserve. Ce qui n’est pas toujours bon pour la santé au vu des risques d’attraper une maladie rénale. Après des recherches, j’ai réussi à transformer le maïs, le piment, les arachides, le riz en friandises ceci dans des conditions d’hygiène de qualité. J’ai aussi fait l’effort d’innover dans le packaging en m’inspirant des motifs des pagnes pour créer des emballages typiquement africains », raconte la belle amazone de l’agrobusiness.

Gamme de cinq produits

La démarche de Delchris Africa Lmtd a rencontré l’adhésion du public. Roseline Delali Ashigbui a même reçu l’aide du ministère de l’Agriculture du Ghana. Elle a déjà gagné plusieurs prix dont celui de « meilleur produit innovant de l’année » lors du SME Ghana awards.

« Nous avons une gamme de 5 produits sur le marché. Ils sont faits à base de& maïs, du maïs et du piment, du riz brun, du miel, des arachides, du gingembre et des épices locales». Loin de se contenter de vendre, Mme Delali Ashigbui suscite l’admiration parce qu’elle accompagne aussi les autres jeunes, avec un accent sur la jeunesse rurale, dans leurs idées. Certains de ses employés se sont lancés dans des projets agro-pastoraux. Roseline a bénéficié de plusieurs formation en management, gestion et marketting.  Le succès de son entreprose lui permet de voyager à travers l’ Afrique.

Elsa Kane Njiale à Yaoundé

Agriconseil du mois

Garfa Fatimé Aldjineh, la 2ème femme architecte de l'histoire du Tchad qui élève des poules pondeuses: «Il faut que mes sœurs sachent qu’il n’y a pas de métiers spécifiques aux hommes, car nous pouvons faire autant qu’eux. Nous devons innover et croire en nos potentiels pour arriver au bout de nos rêves. Etre humble dans ce qu’on fait et toujours demander des conseils pour mieux avancer».

ad-banner3