TRANSFORMATION

TRANSFORMATION (14)

Cette jeune  structure  artisanale s’est spécialisée  dans la transformation et la distribution du piment, bouillie de maïs, épices...  difficiles  à conserver à l’état frais.

Le but d’Ernest Ewoty Ndjié, boulanger installé dans la région du Sud, est d'éradiquer la faim et lutter contre la malnutrition.

 Martial Oden Bella, le jeune patron de Bellomar, une Star-Up camerounaise, fabrique aussi des détergents et de l’eau de javel.

Adrien Malemo commercialise 25 tonnes de semoules chaque mois. Il emploie 22 jeunes.

A 36 ans, Rodolphe Ngouleu fabrique et commercialise cet aliment à des milliers d’éleveurs de porcs, poules et poissons.

Elle est consommée du Cameroun au Tchad en passant par la République centrafricaine. Portrait d’une fabricante au Tchad.

A l’Est de la République démocratique du Congo, Mechack Lusolo, 26 ans, produit 40 pots par semaine.

Avec un master en gestion des ressources humaines, Juliette Nodjialgoto, 40 ans, produit et commercialise des jus et sirops d’oseille, de gingembre, de légumes.

Alda Gounowa, étudiante en géographie à l’université de Bangui, gagne entre 10 000 et 15 000 F. Cfa par semaine en vendant cette boisson à ses camarades sur le campus.

Avec un capital de départ de 30 000 F. Cfa, Kahindo Basahirwa, 36 ans, vend environ 300 litres de « Mandale » par jour et emploie neuf personnes.

Agriconseil du mois

Quand vous voulez vous lancer dans l'agriculture, si vous le voulez vraiment, lancez-vous. De nombreuses personnes vont tenter de vous décourager. Foncez en cherchant toujours à apprendre sans avoir peur d'échouer. Faites de l'agriculture votre métier et vous ne manquerez jamais de rien», Carine Poupoum, 33 ans, jeune agricultrice à l'Est du Cameroun. Elle épargne 500 000 F. Cfa par an grâce à la terre.