Mlouma, la plateforme qui ramène des clients aux agriculteurs

A l’approche des récoltes, les agriculteurs perdent le sommeil pour une principale raison : trouver des clients pour écouler leur récolte. Pour résoudre ce problème, la Star-up sénégalaise Mlouma a mis sur pied une plateforme qui connecte les producteurs et les acheteurs.

«Notre but est de faciliter la vie aux agriculteurs vivants dans les villages et qui n’ont pas accès à internet, explique dans un sourire, Boubacar Sidy Sonko, le fondateur de la Star-up. Nous voulons leur permettre de vendre facilement leur produit ».  

Tout se fait en un clic ou via SMS. Sur la plateforme web, les producteurs, commerçants et acheteurs potentiels ayant accès à internet peuvent se connecter pour se renseigner sur les prix, acheter ou alors poster leurs produits.

 « Blocage »

« De 2013 où nous avons mis en ligne la version web, nous nous sommes rendus compte que de nombreux agriculteurs vivants dans des zones rurales n’avaient pas accès à internet, soupire Boubacar Sidy Sonko. On avait ce blocage car, on voulait que les producteurs utilisent la plateforme de façon autonome. On a essayé tout type de solutions que ce soit sms et des partenaires, ça n’a pas marché».

En juillet 2014, Boubacar Sidy Sonko et son équipe participent au concours Orange Challenge Api et en sortent lauréats. Une récompense qui leur permet de nouer un partenariat avec la société de téléphonie mobile et développer en plus du web, le système USSD.

En effet, les agriculteurs vivant en milieu rural et qui n’ont pas accès à internet peuvent alors poster leurs produits sur la plateforme sans se déplacer et vérifier les prix sur le marché. Au même moment, les acheteurs peuvent identifier n’importe quel produit mis en vente, de leur maison et sans internet.

De 500 à plus de 100 000 utilisateurs

Pour cela, il leur suffit de taper le #112# et d’entrer leur « sollicitation ». Si l’agriculteur souhaite vendre sa récolte, il fournit alors des informations suivantes : le nom du produit, la quantité, les prix et la localité. Et ensuite ces informations sont mises au niveau de la plateforme web et c’est ainsi que les acheteurs l’obtiennent.

Depuis le lancement officiel de cette version USSD en janvier 2016, la plateforme est passée de « 500 à plus de 100 000 utilisateurs, en six mois », jubile Boubacar Sidy  Sonko. D’ailleurs, l’équipe de Mlouma est passée désormais de trois employés à 20.

« Nous avons des agents de terrain qui vont au niveau des marchés collecter les informations sur les prix. Ils font cette collecte et nous les envoie. Ces infos sont mises au niveau de la base de Mlouma, souligne le fondateur dont la Star-up a déjà gagné de nombreux concours nationaux et internationaux. C’est vraiment l’impact du service mobile dans le domaine agricole. Ça contribue à la transparence au niveau des marchés et des producteurs ».

Mlouma soustrait entre 25 et 50 F. Cfa de crédit par opération 

Mais, comment ce fils d’agriculteurs parvient-t-il à se faire de l’argent et payer son équipe? Si vous êtes acheteurs ou producteurs et souhaitez connaître les prix au niveau du marché, vous faites le parcours de vérification via Mlouma et à la fin, tout juste avant de vous fournir ces prix, 25F. Cfa sont soustraits de votre crédit téléphonique.

Par ailleurs, pour un producteur souhaitant mettre son produit sur le marché (la plateforme). Il refait la même opération et tout juste avant de lui permettre de poster son produit, 50 F. Cfa sont prélevés. « Voilà comment nous nous faisons des revenus. Il y a aussi le système d’abonnement pour une semaine ou un mois », lâche Boubacar, tout heureux.

Pour permettre au plus grand nombre de paysans de bénéficier de ses services et surtout, de leur donner accès à une clientèle nombreuse, la Star-up organise des formations avec ces derniers pour les sensibiliser et les mettre à l’école des Tic. Avec une base de plus de 10 000 producteurs, Mlouma a pour but de devenir une référence en Afrique et de répliquer le modèle dans plusieurs pays grâce à l’appui l’opérateur Orange-déjà présents dans une quinzaine de pays. 

Agriconseil du mois

Quand vous voulez vous lancer dans l'agriculture, si vous le voulez vraiment, lancez-vous. De nombreuses personnes vont tenter de vous décourager. Foncez en cherchant toujours à apprendre sans avoir peur d'échouer. Faites de l'agriculture votre métier et vous ne manquerez jamais de rien», Carine Poupoum, 33 ans, jeune agricultrice à l'Est du Cameroun. Elle épargne 500 000 F. Cfa par an grâce à la terre.