Cameroun: Mirabelle Mboula, une amazone  de la cacaoculture

Veuve depuis un  an, cette mère  de six enfants tient en plus une porcherie. Elle gagne deux millions de Francs Cfa par campagne.

Agée de 46 ans, Mirabelle Mboula Djussi est l’une des rares femmes à  Mbanga, dans le département du Moungo, région du Littoral camerounais, qui gère une  cacaoyère de près de 4 hectares. Cette ferme fait partie de l’héritage  que  cette mère de six enfants  a obtenu à la mort de son mari, il y a un an, en plus d’une porcherie d’environ 50 bêtes.  D’abord sous la tutelle de son défunt conjoint qui dirigeait les différentes activités, Mirabelle doit désormais y faire face toute seule, avec sa progéniture qui constitue sa principale motivation et sa main d’œuvre.  « Quand mon mari est mort je me suis retrouvée seule avec les enfants. C’est lui qui gérait la  plantation et  la porcherie, tandis moi je l’accompagnais.  Mais depuis qu’il est mort je suis obligée de prendre la relève  et maintenir la flamme parfois avec  le soutien de mon entourage », affirme cette cultivatrice.

La tâche n’est pas aisée pour cette veuve qui  a aussi  hérité  des dettes.  « Toutes mes activités me permettent de subvenir  aux besoins de ma famille davantage maintenant que je suis seule. Le seul handicap que j’ai  pour l’instant ce sont les dettes laissées par mon défunt époux que je suis en train de rembourser. Il manque une somme de trois millions F Cfa à payer à la banque, mais je parviendrai à l’éponger progressivement », ssure-t-elle. Pour honorer ces  engagements  et pouvoir joindre les deux bouts, cette cacaocultrice  travaille  deux fois plus dur. Dans son exploitation, Mirabelle a pu accroitre sa production de cacao à 3 tonnes  par campagne, ce qui revient à environ 2,5 millions  F Cfa.  Mais aussi, elle a diversifié ses activités agricoles. « Je  cultive aussi le manioc, le maïs, et d’autres cultures vivriers. Même si le cacao reste la principale culture, je développe ces produits pour combler les besoins alimentaires de la famille », explique cette veuve.

Porcherie

A côté de l’agriculture, cette amazone tient aussi une porcherie. Elle l’a restructurée à hauteur de 15 millions de F Cfa de prêt. « Actuellement j’ai environ 50 porcs parce qu’en décembre dernier,  j’ai évacué une bonne quantité. J’ai beaucoup dépensé pour  relancer cet élevage. Mais je m’occupe de mes enfants sans souci. Quand j’aurai épongé mes dettes, je pourrai me fixer sur mes bénéfices. Quand on pratique la bonne technique d’élevage, on trouve toujours  son compte », souligne Mirabelle qui forme aussi de jeunes cacaoculteurs. La jeune femme sait qu’elle doit batailler  dur pour s’imposer dans un milieu contrôlé majoritairement  par les hommes.  Un défit quotidien qui ne l’empêche pas d’atteindre ses objectifs qui se résument au  bien-être de sa progéniture et  à  la croissance de ses entreprises. En plus de l’éducation classique, Mirabelle inculque déjà les techniques agricoles chez ses protégés dans le but  de perpétuer l’héritage familial.

M.M  

 

Connectez-vous pour commenter

Agriconseil du mois

Quand vous voulez vous lancer dans l'agriculture, si vous le voulez vraiment, lancez-vous. De nombreuses personnes vont tenter de vous décourager. Foncez en cherchant toujours à apprendre sans avoir peur d'échouer. Faites de l'agriculture votre métier et vous ne manquerez jamais de rien», Carine Poupoum, 33 ans, jeune agricultrice à l'Est du Cameroun. Elle épargne 500 000 F. Cfa par an grâce à la terre.