A 33 ans, cette jeune agricultrice apprend aux fermiers de son village les techniques pour lutter contre cette maladie qui se manifeste par le flétrissement des feuilles de bananiers,le jaunissement précoce de la banane et détruit des milliers de plants.

A 38 ans, mariée et mère de huit enfants, Beatrice Semahane fait vivre sa famille grâce à ses cinq plantations de choux et pommes de terre dans l’est de la République démocratique du Congo.  

Titulaire d’un master en gestion d’entreprise, Claudine Donkou a été rattrapée par son amour pour l’agriculture. Elle cultive manioc, igname et autres aliments de base pour nourrir des familles camerounaises.

Agée de 26 ans, Ernestine Ngaffo, infirmière de formation, a abandonné cette profession par amour pour l’agriculture.

A 30 ans, Jean-Claude Kenmogne cultive et commercialise ce maïs consommé lors des fêtes de fin d’année, de pâques, d’anniversaire et de cérémonies diverses.

Diplômé en entrepreneuriat agro-pastoral, Louis-Marie Essomba, 28 ans, chante pour leur montrer que « sous la terre, il y a un trésor ».

Grâce à la culture des champignons, ce jeune passionné d’agriculture, gestionnaire de formation à la base, a pu acheter un terrain, une moto, ouvrir un pressing et doter son épouse.

Pour Njouonkou Mamouda, chef de la composante ingénierie du Programme d’appui à la formation professionnelle agropastorale au Ministère de l’agriculture et du développement rural du Cameroun, les jeunes passionnés peuvent débuter avec un petit capital.

Page 2 sur 3

Agriconseil du mois

Quand vous voulez vous lancer dans l'agriculture, si vous le voulez vraiment, lancez-vous. De nombreuses personnes vont tenter de vous décourager. Foncez en cherchant toujours à apprendre sans avoir peur d'échouer. Faites de l'agriculture votre métier et vous ne manquerez jamais de rien», Carine Poupoum, 33 ans, jeune agricultrice à l'Est du Cameroun. Elle épargne 500 000 F. Cfa par an grâce à la terre.