Financement: le parcours de combattant des petits producteurs

«Contrat de confiance», auto financement, sont entre autres stratégies qu’ont trouvé les  jeunes entrepreneurs agricoles  pour faire face à l’inévitable obstacle  financier qui se dresse sur le chemin de leur rêve.

Debout dans  son stand à la Foire Internationale des Affaires et du Commerce (FIAC), - une plateforme d’exposition  pour les produits made in Cameroun-,  Gaëtan Kouesseu, paraît fatigué, le visage suant parfois. Devant lui, une dizaine de visiteurs attendent d’être servir. Le promoteur du projet Cassava Dream’s,  expert en transformation biotechnologique, n’en revient pas de la forte demande de son pain fait à base de la farine de manioc. Pour satisfaire ses clients, il limite la demande à maximum cinq pains par personne. « Une amie m’a fait gouter à ce pain et je l’ai trouvé délicieux», déclare Carine, un acheteur debout dans les rangs.

 Avant cette foire, Gaëtan était très peu connu des consommateurs. En moins de trois jours, il est passé de  5 mille  à 50 mille pains de production journalière.  « La  plus-value de cette farine est qu'elle ne contient pas de gluten.  Donc, elle   est plus digeste réduisant ainsi les risques d'appendicite et de prise de poids », explique-t-il à ses clients.  Participer à cette exposition, est l’occasion pour cet entrepreneur, de nouer des partenariats, de trouver des investisseurs pour combler ses besoins financiers. Avec une dizaine de millions F Cfa réunie pour un début, ce Camerounais sollicite un appui gouvernemental pour développer son industrie. 

« Nous avons besoin de beaucoup d’argent. Des relations d’affaires ont été établies, des commandes passées et de nombreux contrats à concrétiser, notamment avec des structures de la sous-région qui ont apprécié nos productions, issus de la transformation du manioc », dit-il. Le projet  Cassava Dream’s propose une gamme variée de produits alimentaires et cosmétiques à base de manioc, issu de leur ferme.  

La réticence du privé

Tourné vers l’Etat,  Gaëtan Kouesseu espère satisfaire un besoin financier  qu’il n’a comblé dans le privé malgré ses multiples démarches.  Pour se développer, cet entrepreneur réinjecte ses revenus dans son capital. Selon, un banquier qui a requis l’anonymat, les banques camerounaises préfèrent financer les agro-industries que les petits producteurs. Qui généralement, ne disposent pas des garanties exigées, bien que représentant plus de 80% du secteur  agricole.

La déception avec les banques, Michael  Tchasso, producteur du champignon,  l’a vécu plusieurs  fois. «J’avais un projet déjà bien élaboré,confie-t-il,mais je n’ai jamais trouvé de financement au niveau des banques. Je me suis tourné vers le programme d’Amélioration de la Compétitivité des Exploitations Familiales Agropastorales (Acefa), les  conditions  de disposer un terrain et un compte bancaire ne m’ont pas été favorables ». C’est finalement avec sa bourse de 50 000 F Cfa - une prime remise aux meilleurs étudiants par le chef d’Etat- que cet étudiant de l’Université de Dschang a démarré sa champignonnière.

A en croire David Kengne, expert en microfinance et micro entreprise, le problème d’accès au financement s’étend dans tous les domaines d’activités au Cameroun. Selon cet expert, les raisons pour lesquelles les banques et les établissements de microfinance sont frileuses à accompagner les promoteurs agricoles sont entre autres la faible maîtrise du profil des promoteurs intervenant dans ce secteur, la faible maîtrise  des aléas climatiques, l’indisponibilité des instruments financiers pouvant rassurer les institutions financières en cas de survenance des cas de force majeure qui compromettent le remboursement des crédits tels que les fonds de garantie, les assurances agricoles et autres.

« Le Cameroun est l’un des rares pays très actifs dans l’agriculture et où les Compagnies d’assurance n’offrent aucun produit spécifique destiné à couvrir les pertes survenues à la suite de calamité naturelle ou simplement de changement climatique. A côté de tout ceci, il faut mentionner en bonne place la culture de non remboursement de crédit par les paysans qui confondent toujours le crédit qui est remboursable aux subventions qui ne sont pas remboursables », souligne David Kengne.

 Appui gouvernemental 

 Il existe, explique  le délégué régional de l’agriculture et du développement rural pour le Littoral, Jean Claude Konde, plusieurs dispositifs d'accompagnement financier et de nouveaux programmes proposés aux jeunes par le gouvernement. « Pour lancer ma culture de maïs, j’ai obtenu de la délégation départemental des semences améliorées et des conseils techniques, mais sans argent», affirme Gertrude, jeune agricultrice. Cet accompagnement commence par l’encadrement technique accordé gratuitement à tout porteur de projet, l’octroi des intrants  et parfois l’appui financier.

« La plupart des jeunes se lancent sans toutefois avoir un projet réaliste », déploie-t-il.  Depuis 11 ans, le ministère de l’Agriculture a initié le  Programme d’appui à l’installation des jeunes agriculteurs (PAIJA), financé à hauteur  d’un milliard F Cfa en 2017, pour  l’installation des jeunes dans l’agriculture

Au mois d’avril 2017, le gouvernement camerounais a officiellement lancé le  Projet de développement des chaines de valeurs agricoles (PD-CVA). Financé à 77% par la Banque africaine de développement et 21,5% par l’Etat du Cameroun, d’un coût global de 75 milliards F Cfa. D’une durée de 5ans, son  objectif est d’assurer la sécurité alimentaire dans les filières banane plantain, huile de palme et ananas.

Depuis 2010, la Banque mondiale, accompagne le Cameroun  dans le  Projet d’amélioration de la compétitivité agricole (PACA) et d'investissement et de développement des marchés agricoles(PIDMA). Avec une  enveloppe de près  50 milliards F Cfa sur une période de 7 ans, le PACA a pour objectif de booster la productivité agricole, grâce à des investissements dans les filières porteuses.

Déficit de communication

Cependant, il ne suffit pas de penser à un projet pour bénéficier  des fonds. « Il faut que les jeunes soient déjà opérationnels. S’ils n’ont pas  reçu l’appui du technicien ce n’est pas évident. Quand il s’agit de la production agricole il faut forcement le soutien d’un agent technique pour élaborer un plan réalisable », affirme Jean Claude Konde.  Le montant des subventions varie en fonction du projet et peut aller  au-delà d’un million F Cfa.  Il est  impossible, dit-il, pour un entrepreneur de compter exclusivement sur l’appui du  secteur public sans l’accompagnement du privé.

Cette panoplie de programmes d’aide aux agriculteurs est très peu connue des exploitants agricoles en zone rurale, qui représentent 57% de la population pauvre.  A Kindjing Djiabi, un village d’environ 1400 âmes, situé dans la  commune de Makénéné, dans la région du Centre, à 95% agricole, l’univers agricole est tout autre.« Comme tous les villages du Cameroun, le nôtre manque d’eau potable, d’électricité et surtout de route. C’est notre principale difficulté pour écouler nos produits. Si on avait une bonne route bitumée, les choses iront mieux», regrette le chef du village, David Kinding Ndjabi. Les  agriculteurs de ce grenier agricole, (riz, cacao, légumes, fruits), à défaut de disposer des institutions financières, ont développé une stratégie de préfinancement.

Prêt auprès des grossistes

 

Une initiative baptisée « contrat de confiance » avec les grossistes.  Ce partenariat permet aux acheteurs de préfinancer une campagne agricole, et d’être prioritairement  servis à la récolte. « Pour produire un hectare de tomates, si  j’ai besoin de deux millions de F Cfa minimum. Ne pouvant pas disposer de ce montant, je fais appel à un grossiste qui me fait un prêt. Pendant la récolte en fonction des termes du contrat, il a doit à la grande partie de  la production à un coût  avantageux», explique Anderson Akweh, un cultivateur.

Pour l’expert en microfinance et micro-entreprise, l’Etat doit accentuer ses efforts en mettant en place des conditions incitatives  au financement des jeunes notamment par des lois permettant l’introduction des instruments financiers adaptés au financement agricole comme le warrantage, le micro leasing, le retro leasing, l’affacturage agricole, l’agriculture contractuel, les tribunaux alternatifs, le crédit bureau.

De même, l’Etat devra protéger les petites entreprises agricoles nationales, en limitant les importations dans certains domaines. Ces mêmes lois devront limiter le pourcentage des matières premières importées et qui rentreront dans la transformation des produits agricoles locaux, comporter des dispositions flexibles qui permettent aux banques et établissements de microfinance, de pouvoir recouvrer rapidement les fonds prêtés.

Par ailleurs, l’Etat doit également combattre la corruption au sein des tribunaux publics en fixant notamment des délais pour vider des procédures commerciales introduites par les institutions financières auprès des instances judiciaires. Les banques et établissements de microfinance doivent à leur tour développer des produits financiers adaptés aux activités agricoles et pastorales.

« Les  jeunes promoteurs de leur côté doivent montrer leur volonté de travailler pour rembourser le crédit. Car de nos jours, plusieurs jeunes soumettent des dossiers de demande de crédit dans divers domaines. Lorsque les fonds sont décaissés, ils les utilisent pour payer leur caution auprès des ambassades européennes et s’expatrier à l’étranger pensant y trouver le mieux-être », conclut cet expert.

Marie Louise Mamgue

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Agriconseil du mois

Garfa Fatimé Aldjineh, la 2ème femme architecte de l'histoire du Tchad qui élève des poules pondeuses: «Il faut que mes sœurs sachent qu’il n’y a pas de métiers spécifiques aux hommes, car nous pouvons faire autant qu’eux. Nous devons innover et croire en nos potentiels pour arriver au bout de nos rêves. Etre humble dans ce qu’on fait et toujours demander des conseils pour mieux avancer».

ad-banner3